84e Salon International de l'Auto et accessoires

fr  |   de  |   en
Menu
21.02.2014 - Revue Automobile Revue Automobile

La turbine de retour à Maranello

« »
« Retour

Ferrari California T: Après un gros restylage, le coupé-cabriolet devient plus puissant, moins gourmand... et turbocompressé. Une première chez Ferrari depuis la F40.



Les signes ne trompent pas. Ferrari réintroduit le turbo dans ses moteurs en même temps que la F1, après une absence de 25 ans. La formule reine avait abandonné la suralimentation en 1989, soit deux ans après la sortie de la dernière supercar de Maranello construite du vivant d’Enzo Ferrari, la mythique F40 (1987-1992).

Il faut dire que la célèbre firme italienne n’a plus voulu entendre parler du turbo pendant longtemps, lui préférant la sportivité et la réponse instantanée d’un moteur atmo-sphérique. En l’absence d’air comprimé, il n’y a néanmoins pas d’autre possibilité que d’augmenter la cylindrée et les régimes de façon drastique pour obtenir de la puissance, au détriment de la consommation et des émissions de CO2... Une noble école en voie de disparition, puisque même le «cavallino rampante» s’adapte à son époque.

Nouvelle peau La California T, qui sera présentée en première mondiale au Salon de Genève prochain, reprend la base du V8 biturbo à injection directe de la Maserati Quattroporte. Nous ignorons dans quelle mesure il a été retravaillé – sa cylindrée passe à 3,9 l –, mais une chose est sûre: sa puissance et son couple sont dignes d’une supersportive d’aujourd’hui avec 412 kW (560 ch) à 7500 tr/min et 755 Nm à 4750 tr/min. Par rapport à l’ancien V8 atmosphérique de 4,3 litres, ce sont 70 ch et 250 Nm de mieux, tout en consommant 20 % de moins! Les deux turbos twinscroll signés IHI ont pour mission de gommer le moindre temps de réponse, pendant que la sonorité a été particulièrement soignée par les ingénieurs italiens – tant à l’admission qu’à l’échappement – pour faire chanter ce rauque moteur suralimenté.

En chiffres, la California T abat le 0 à 100 en 3,6 s à l’aide d’une boîte à double embrayage à 7 rapports fabriquée par Getrag et atteint 316 km/h en pointe. Les freins Brembo carbone-céramique la stop-pent de 100 km/h à zéro sur seulement 34 m. A l’extérieur comme à l’intérieur, le design a été redessiné et affiné, et, comme le modèle précédent, la T rétracte son toit en métal pour passer de coupé en cabriolet en 14 secondes.

Stephan Hauri/RA